Wahkohtowin : Apprendre ensemble sur la justice et l’injustice dans la ville

Résumé et abrégé du démarrage du projet
Le projet « Wahkohtowin : Apprendre ensemble sur la justice et l’injustice dans la ville » réunit des étudiants des facultés de droit, de littérature anglaise, des études autochtones et des études sur les femmes et le genre avec des étudiants de l’« extérieur » de l’université – plus précisément de jeunes autochtones de l’école secondaire d’Oskayak et d’anciens membres de gangs de STR8 UP, une organisation de prévention des gangs. Le projet s’appuie sur un projet antérieur, financé par le RCAU en 2013 et contribue de façon significative à de nouveaux travaux de recherche sur l’un des principaux thèmes de recherche du RCAU : la cohésion sociale (bien-être communautaire, éducation, justice). Le projet de 2013 intitulé « Apprendre ensemble : Str8Up », école secondaire d’Oskayak et le document final de l’Université de la Saskatchewan et les principaux résultats peuvent être trouvés ici : http://uakn.org/research-project/learning-together-str8up-oskayak-high-school-and-the-university-of-saskatchewan/

Ensemble, par l’établissement de relations, le récit d’histoires et des pratiques éducationnelles enracinées dans le lieu d’enseignement avec nos étudiants, nous cultiverons des analyses de l’injustice et de la justice dans la ville de Saskatoon, et nous forgerons une pédagogie critique qui rallie les méthodologies autochtones, féministes et communautaires. En plus d’offrir un cours de 8 semaines à l’automne 2016, le projet comprend un symposium de recherche mobilisant la collectivité et prévoit un résultat de recherche précis – une carte narrative numérique produite en collaboration qui mettra en relief les histoires de justice et d’injustice à Saskatoon et servira de ressource pour l’éducation aux niveaux universitaire et communautaire.

Objectifs de mobilisation

Dans une édition précédente du cours Wahkohtowin (qui signifie « parenté » en cri), le projet a examiné les connaissances et les expériences d’étudiants universitaires, de membres de STR8 UP et d’étudiants d’Oskayak du phénomène de l’injustice, notamment en ce qui concerne les services de police, les procès au pénal et l’incarcération. Pour ce projet, les efforts seront de nouveau axés sur l’injustice, mais dans un cadre plus large, afin de corréler l’injustice au sens juridique et pénal au contexte plus général de l’injustice sociale dans les villes coloniales (ici, Saskatoon). Ce projet vise à comprendre les connaissances des participants et leur expérience personnelle de l’injustice en milieu urbain, y compris les réalités de la pauvreté, de l’insécurité alimentaire et du logement, l’embourgeoisement et la privatisation de l’espace et la violence interpersonnelle et institutionnelle, en particulier contre les femmes et les filles autochtones. Ce projet vise également à examiner la ville en tant que lieu de résistance et de justice sociale – des jardins communautaires et des danses en rond de Jamais plus d’inaction à des organisations comme Str8Up et Oskayak High School qui, par la prévention du phénomène des gangs et l’éducation autochtone, caractérisent les nombreuses façons dont on favorise la « justice » dans notre ville.

Méthodologie

Pendant la durée complète du cours, les participants documenteront les histoires et les lieux que nous visitons par des expressions et des histoires artistiques et, ensemble, nous assemblerons les histoires et les œuvres d’art pour créer une « carte de la justice » visuelle et narrative de Saskatoon. Produite grâce aux méthodologies de recherche-action participative (van de Sande & Schwartz, 2011), cette carte de la justice prendra une forme particulière selon l’inspiration et l’apport des participants. Nous tirons également parti des études récentes établissent le lien entre le genre de la narration numérique à la narration orale traditionnelle autochtone (Willox, Harper, Edge, 2012). La carte comprendra des composantes interactives orales, écrites, représentatives et visuelles, et sera accessible en ligne par l’entremise d’une page Facebook, des pages Web des collèges et départements individuels et les sites Web d’Oskayak et de STR8 UP. En utilisant le modèle de Wahkohtowin, une méthode pédagogique unique qui réunit des étudiants issus de groupes distincts – ceux qui sont à l’intérieur de l’université et ceux qui en sont historiquement exclus – nous cherchons également à enrichir les connaissances sur les initiatives éducatives communautaires et à poursuivre nos efforts afin de rendre l’université plus accessible aux jeunes autochtones et souvent aux jeunes marginalisés.

Principales personnes-ressources et chercheurs principaux

Priscilla Settee
Professeure agrégée, Études autochtones
Université de la Saskatchewan
priscilla.settee@usask.ca

Sarah Buhler, Law
Professeure adjointe, Faculté de droit, Université de la Saskatchewan
sarah.buhler@usask.ca

Nancy Van Styvendale,
Professeur adjoint, Études anglaises
Université de la Saskatchewan
n.vanstyvendale@usask.ca

Stan Tu’Inukuafe
Travailleur social, Oskayak High School; cofondateur de STR8 UP
stan.yu@usask.c